EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

 

Cette méthode consiste en des mouvements oculaires et/ou des stimulations bilatérales.

 Francine Shapiro, thérapeute américaine, est à l'origine de cette approche thérapeutique.

 

On a beaucoup expérimenté l'EMDR dans les cas de traumatismes.

Voici ce qu'écrivait le docteur Servan-Schreiber concernant cette technique: Chaque événement douloureux laisse une marque dans le cerveau, celui-ci effectue alors un travail de “digestion” permettant aux émotions qui accompagnent le souvenir de se désactiver. A moins que le traumatisme ait été trop fort ou ait frappé à une période où nous étions vulnérables. Dans ce cas, les images, les pensées, les sons et les émotions liés à l’événement sont stockés dans le cerveau, prêts à se réactiver au moindre rappel du traumatisme. Dans l’EMDR, le mouvement oculaire “débloque” l’information traumatique et réactive le système naturel de guérison du cerveau pour qu’il complète son travail. »

 

L’EMDR s’adresse à toute personne présentant des symptômes post-traumatiques. Toute personne ayant été victime d’un traumatisme au cours duquel sa vie, ou celle de quelqu’un d’autre, a été mise en danger (une catastrophe naturelle, un accident de la route, un hold-up, un abus sexuel, un viol…).

 

L’EMDR peut être également utilisé dans les troubles de l’adaptation comme les deuils, divorces, difficultés au travail… D’une manière plus générale, cette méthode s’applique à tous les cas où notre système de croyances a été remis en question, où notre relation au monde et aux autres a été bouleversée (BIPE)

 

 

 

 

IMO (intégration par les mouvements oculaires)

 

Cette technique, proche de l'EMDR, est néanmoins très différente dans sa conception.

L'intégration par les mouvements oculaires est une approche thérapeutique où le client, guidé par le praticien, effectue des mouvements avec les yeux afin de traiter des difficultés psychologiques et les blocages qui en résultent.

 

Cette technique est utilisée pour traiter entre autres:

les états de stress post-traumatique,

les phobies,

certains états dépressifs...

 

Les mouvements oculaires sont directement reliés au fonctionnement du cerveau et peuvent servir d’intermédiaire pour réactiver les ressources qui ont été court-circuitées lors d’une situation difficile.

L’IMO permet ainsi, par stimulation neuronale, une réparation des blessures psychologiques.

 

Quelles en sont les indications?

 

Les souvenirs douloureux négatifs et récurrents peuvent être aidés par l’IMO.

Qu’il s’agisse de souvenirs reliés à un crime, à des événements difficiles au travail ou dans l’enfance, à un incendie, un désastre naturel, un décès, une maladie ou une chirurgie, à des abus physiques, psychologiques ou sexuels ou encore si le patient a été témoin d’actes marquants, l’ IMO peut aider.

 

Ces traumatismes peuvent être ponctuels (viol, deuil, accident ou maladie grave, rupture difficile, IVG...) ou répétitifs (abus sexuels, violences, harcèlement...) anciens ou récents.

 

Certains symptômes ont une origine inconnue, car l’inconscient a «oublié» la raison pour laquelle ce comportement existe. Même si le fait de connaître l’origine d’un problème facilite le travail de guérison,

les patients qui ignorent la source de leur symptôme peuvent quand même guérir.

 

L’ IMO peut également traiter les phobies, les crises d’angoisse, le manque de confiance en soi, soulager les douleurs chroniques lorsqu’elles sont d’origine psychosomatique.

On a remarqué un impact positif de l’IMO sur les états de «burn-out» et de dépression.

(Psycho-ressources)

 

.

 

 

 

 

 

Didier Cogniaux

Hypnothérapeute

Praticien en thérapies brèves